Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Individu Cible

Lettre ouverte face aux dérives des nouvelles technologies, biotechnologiques et psychotronique.

Rédigé par Nicolas Méchin Publié dans #Démarches

Lettre ouverte face aux dérives des nouvelles technologies, biotechnologies et psychotronique actuellement mises en application en France et de part le monde.

Ces dérives concernent les laboratoires de recherches qui pratiquent sur cobayes non volontaires, contre leur gré et à leur insu, qui subissent des tests à ciel ouvert en dite « liberté » mais manipulés par des proches de leur entourage et autre, bien souvent eux-même manipulés sauf certains qui y prennent leurs intérêts et résultats.

J'écris cette lettre ouverte tout d'abord pour vous informer de ce qui s’opère depuis bientôt 8 ans pour mon cas, plus ou moins pour d'autres que j'ai pu lire sur divers témoignages...
Aussi et surtout que cela ne vous arrive pas à vous, à vos enfants, vos proches, aux personnes seules et faibles, à l'humanité dans un futur qui n'est de jours en jours que trop proche face à l'émergence de ces technologies liberticides !
Que cela cesse !!!!

Cette lettre se veut être un soutien fédérateur aux victimes de ces technologies dont je fais partie ainsi qu'un appel à la résistance et à une organisation individuelle et collective afin d'y mettre terme au plus vite tout en limitant le drame au maximum avant que ceci n'en devienne une obligation et une contrainte pour tout le monde.

Cette lettre se veut être un commencement, une base (parmi d'autre) pour se prémunir de toutes les mises en échec ou à l'abandon des victimes, de ces dérives qui une fois établies sont bien trop souvent une voie sans issue ou du moins sans retour à une vie sereine, intime et libre.

La liberté n'est pas que physique et matérielle elle est davantage mentale et psychique.

Ces dérives concernent la télépathie synthétique par (nano)implants cérébraux, le contrôle psychotronique, les armes micro-pulsées, nano-robots...
Les implants sont placés où se situent les centres nerveux et de la conscience du cerveau (thalamus, hypothalamus, hypophyse,(liste non-exaustive) et sont parfois bien indécelable dû à leur nano taille qui demande de pouvoir accéder à des centres IRM aux pointes de la définition actuelle voir inexistants par micro-ondes pulsées par satellite...

Ceci est pratiqué sur des familles cobayes, groupe d'affinités ou d'"amis", personnes isolés, ...

Ces implants et autres technologies agissent directement sur le cerveau et donc génèrent une multitude de troubles qui dévient la plupart du temps les pensées initiales de l'individu pris en exergue.
Cela dénature complètement les ressentis, les prises de choix, rendent particulièrement difficile les chemins de vie, rend toute vie privée impossible (viol total de l'intimité),
contrainte perpétuelle, exposition quasi permanente à des voix de personnes proches ou certainement parfois inconnues pour certains (voix synthétisées: avec un logiciel possédant un stock de mots clés; et/où des personnes proches: bien réelles qui de leur propre choix s'abandonnent à la psycho-torture),
envois de fréquences type acouphènes à fréquences +/- modulables,
utilisation des peurs profondes ainsi que les défauts et complexes afin de mettre en quasi permanence l'individu(la victime) dans un état de stress, de culpabilité et déstabilisation (voir travaux sur le MK-Ultra, Mind Control),
aberrations intellectuelles (sorties de leur contextes),
mouvements non-désirés,
perturbations endocriniennes,
un rapport inhumain de dominant/dominé (le fait que plusieurs personnes puissent interagir sur un cerveau, un système nerveux, la conscience)poussant à la folie collective, la maltraitance verbale et bien pire encore pouvant pousser au meurtre ou au suicide. IL N'Y A DE PLACE QUE POUR UNE CONSCIENCE DANS UN CERVEAU !!!
Dialogue quasi permanent déstructurent la concentration la plupart du temps, devenant un simple cobaye hors de sa cage...

Liste Non-Exaustive!

Sans parler de corruption et de l'hypocrisie ambiante qui s'installe menant forcement l'individu(victime) à passer pour fou, que se soit devant son entourage et également devant les psychologues, psychiatres, médecins traitants comme spécialistes ou autres confidents encore.

La quasi impossibilité de pouvoir mener des scanner et IRM dignes de ce nom (qualité non-exploitable, erreur de frappe sur le nom de la personne.(Pourtant la CNIL affirme que chaque individu à droit de mener des scans afin de vérifier si il y a présence de corps étrangers)

L'impossibilité de porter plainte ou déposer une main courante ou ne serait-ce qu'une enquête judiciaire sans preuves...
L'enfermement de l'individu car bien trop souvent excédé par la situation intenable, désarmé face à tant de murs, des dits spécialistes qui n'y connaissent absolument rien au sujet sinon grassement payé ou mis au silence par les institutions qui les financent, bien trop détruit autant humainement que financièrement se retrouvant bien contraint de survivre dans une situation de solitude et d’incompréhension sous le regard imbu des agresseurs...

-

J'écris aussi cette lettre pour tout les bourreaux malgré-eux car utilisés à leur triste sort et se retrouvant face au poids de la réalité et aux risques qu'ils encourent car bien inconscients initialement lors de leurs prises de décisions pour certains qu'ils se retrouvent sur un crime contre l'humanité ainsi que dans des réseaux de tortures et de contraintes hautement réprimandées et qu'ils risquent fortement de plus avoir perdu leur humanité, ils risquent aussi d'être enfermés à perpétuité pour certains sinon avec de lourdes peines pour d'autres ...

-

J'en appelle aux victimes de ne pas se laisser faire, de ne pas céder à la démence, de tenir bon, ne pas se laisser salir l'esprit et l'âme par ces pourris, de garder ou se tourner chaque seconde qui passe vers des valeurs sures et pérennes, de résister tant vous le pouvez et se défendre comme il se doit!
De rester non-violent tant que possible car c'est ce qu'ils attendent pour pouvoir ensuite se défaire de leurs crimes!
De trouver les solutions et non leur donner le bâton pour nous battre!
Ne vous faites pas manipuler, faites vos recherches, rappeler leurs vos droits et travaillons à les réduire à ce qu'ils sont: Des violeurs criminels travaillant en réseau organisé ou désorganisés! Des lâches, des traîtres, corrompus et comploteurs soumis aux technologies de la contrainte, au marché de la mort !

Appel aux avocats à se renseigner sur le sujet et de pouvoir ainsi combattre ou déjà pouvoir défendre leurs concitoyens de manière optimale et éclairé.

Appel aux hackers (Aux Vrais!! Ceux qui ont une âme et défendent la liberté) de se pencher sur le sujet et de maîtriser ces réseaux et flux, de créer une alternative face à ces technologies!

Appel aux médecins indépendants de se renseigner vivement sur le sujet et de pouvoir ainsi offrir une opportunité aux victimes de trouver un suivi digne pouvant mettre terme à ce calvaire permanent!

Appel aux résistants de s'organiser pour faire face à ce cancer qui détruira l'humain tel qu'on est tous comme celui qui naît du ventre de sa mère!

Appel à tout les travailleurs de ces domaines de recherches de ne pas se laisser aveugler par les faux espoirs de ces technologies qui mènent l'humain vers une déshumanisation totale au profits des actionnaires des institutions travaillant pour le nouvel ordre mondiale et la fin des libertés fondamentales!

Appel aux Élus non-corruptibles d’enquêter et de légiférer face à ces crimes organisés, viols et tortures collectifs et de les mettre hors d'état de nuire si possible sinon de créer un soutien de taille répondant aux principes de précaution, de leurs mises en application et répression des abominations actuellement pratiqués par ces institutions et privés (type Vérichip pour ne citer qu'eux).

Appel évidement aux forces de l'ordre et surtout aux militaires qui sont également pris dans cette gangrène actuelle et à venir si ce n'est déjà bien présent dans leurs rangs!

Appel au bon sens et à la moralité de tout citoyen de s'organiser et abolirent cet esclavage humain et psychique qui sonne déjà aux portes qui s'applique sur de trop nombreux cobayes à travers le monde.
N'attendez pas que cela arrive à vos fils et filles.

Appel aux bonnes âmes d’enquêter, d'infiltrer et d’anéantir ces réseaux coûte que coûte car si ceci génère sur une famille le fait de ne plus s'accorder la parole, voir se souhaiter parfois le pire pour retrouver un bol de respiration, je vous laisse imaginer sur des personnes totalement neutres les dégâts de ces technologies!

Il en va de la pérennité de l'homme et de ces libertés fondamentales aujourd'hui bien trop bafouées de se battre pour garder sa paix intérieure et ne pas l’abandonner ou la vendre à un marché de la contrainte et de la soumission la plus totale!




Législation & Textes de Loi :


Des autres crimes contre l'humanité. Version en vigueur au 26 janvier 2014


Article 212-1:


Constitue également un crime contre l'humanité et est puni de la réclusion criminelle à perpétuité l'un des actes ci-après commis en exécution d'un plan concerté à l'encontre d'un groupe de population civile dans le cadre d'une attaque généralisée ou systématique :
1° L'atteinte volontaire à la vie ;
2° L'extermination ;
3° La réduction en esclavage ;
4° La déportation ou le transfert forcé de population ;
5° L'emprisonnement ou toute autre forme de privation grave de liberté physique en violation des dispositions fondamentales du droit international ;
6° La torture ;
7° Le viol, la prostitution forcée, la grossesse forcée, la stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable ;
8° La persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d'ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste ou en fonction d'autres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit international ;
9° La disparition forcée ;
10° Les actes de ségrégation commis dans le cadre d'un régime institutionnalisé d'oppression systématique et de domination d'un groupe racial sur tout autre groupe racial ou tous autres groupes raciaux et dans l'intention de maintenir ce régime ;
11° Les autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l'intégrité physique ou psychique.

Source : http://droit-finances.commentcamarche.net/legifrance/37-code-penal/89868/des-autres-crimes-contre-l-humanite



-


De l'expérimentation sur la personne humaine. Version en vigueur au 26 janvier 2014


Article 223-8


Le fait de pratiquer ou de faire pratiquer sur une personne une recherche mentionnée aux 1° ou 2° de l'article L. 1121-1 du code de la santé publique sans avoir recueilli le consentement libre, éclairé et, le cas échéant, écrit de l'intéressé, des titulaires de l'autorité parentale ou du tuteur ou d'autres personnes, autorités ou organes désignés pour consentir à la recherche ou pour l'autoriser, dans les cas prévus par le code de la santé publique, est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 € d'amende.

Les mêmes peines sont applicables lorsque la recherche interventionnelle est pratiquée alors que le consentement a été retiré.

Les mêmes peines sont applicables lorsqu'une recherche non interventionnelle est pratiquée alors que la personne s'y est opposée.
Les dispositions du présent article ne sont pas applicables à l'examen des caractéristiques génétiques d'une personne ou à son identification par ses empreintes génétiques effectués à des fins de recherche scientifique.

Source : http://droit-finances.commentcamarche.net/legifrance/37-code-penal/89905/de-l-experimentation-sur-la-personne-humaine


-

Extrait du site de l'INSERM


Ce que doit savoir le participant à une recherche clinique et en santé
Le dispositif réglementaire
Le dispositif législatif et réglementaire encadrant les recherches cliniques et en santé est un dispositif complet s'appuyant sur une réflexion éthique approfondie visant à protéger la personne participant à une recherche quelle que soit sa condition (mineur, majeur protégé, majeur, personne malade ou vulnérable, volontaire sain) ainsi que ses données à caractère personnel et ses prélèvements (sang, tissus, organes, ...). Il est à noter que la loi énonce clairement dans l'article L1121-2 du code de la santé publique les conditions dans lesquelles une recherche peut être effectuée ; elle précise que l'intérêt des personnes qui se prêtent à une recherche clinique et en santé prime toujours sur ceux de la science et de la société, et que la recherche doit être conçue de telle façon que soient réduits au minimum la douleur, les désagréments et la peur.
Qui mène les recherches cliniques et en santé ?
Les recherches cliniques et santé doivent être menées sous la direction et la surveillance d'un médecin compétent et expert dans le domaine concerné par la recherche. Celui-ci est dénommé l’investigateur. Il doit clairement informer la personne qu'il sollicite pour participer à la recherche, et recueillir son consentement éclairé par écrit, conformément à l'article L1122-1 du code de la santé publique. Toute personne ayant consenti à participer à une recherche est libre de retirer son consentement à tout moment, et donc de stopper sa participation à la recherche sans qu’il n’y ait aucune conséquence sur sa prise en charge future.
Avant de participer effectivement au projet de recherche clinique, le participant bénéficie d'un examen médical préalable, adapté à la recherche et dont les résultats lui sont communiqués directement ou par l'intermédiaire d'un médecin de son choix.
Qui autorise les recherches ?
Les procédures administratives réglementaires destinées à autoriser la mise en œuvre d’une recherche clinique et en santé visent avant tout à évaluer la balance bénéfice/risque pour les participants qui se prêteront à cette recherche. Le promoteur de la recherche adresse le protocole de la recherche à l'autorité administrative compétente, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ainsi qu'à un comité de protection des personnes (CPP) pour vérifier les conditions de sécurité et de protection des personnes participantes. Ces démarches administratives réglementaires aboutissent à une autorisation officielle de la recherche qui peut alors démarrer.
Enfin, le promoteur d'une recherche clinique et en santé souscrit une assurance garantissant sa responsabilité civile, afin de permettre, en cas de dommages dus à la recherche, une indemnisation de la personne participante. Le promoteur est également responsable du bon déroulement de la recherche et de la qualité des données.
L'Inserm, qui est promoteur de recherches cliniques et en santé, entretient un lien de plus en plus étroit avec les Associations de malades afin de les intégrer dans le processus d'expertise des projets mis en place par l'institut, L'Inserm sollicite également les associations de malades pour la relecture des notices d'information et des formulaires de consentement destinés aux personnes participantes et pour recueillir leur consentement.
Qui peut participer à une recherche clinique et en santé ?
Toute personne peut être sollicitée pour participer à une recherche clinique et en santé, lors d'une consultation chez le médecin, mais également par voie d'affichage ou par annonce ou par voie médiatique.
Elle peut également se porter volontaire de façon indépendante et prendre contact avec des structures dédiées à la recherche clinique et en santé telles que les centres d'investigation clinique de l'Inserm.

Source: http://www.inserm.fr/volontaires-a-un-essai-clinique

-

Article L1121-2
Modifié par Loi n°2004-806 du 9 août 2004 - art. 88 JORF 11 août 2004


Aucune recherche biomédicale ne peut être effectuée sur l'être humain :
- si elle ne se fonde pas sur le dernier état des connaissances scientifiques et sur une expérimentation préclinique suffisante ;
- si le risque prévisible encouru par les personnes qui se prêtent à la recherche est hors de proportion avec le bénéfice escompté pour ces personnes ou l'intérêt de cette recherche ;
- si elle ne vise pas à étendre la connaissance scientifique de l'être humain et les moyens susceptibles d'améliorer sa condition ;
- si la recherche biomédicale n'a pas été conçue de telle façon que soient réduits au minimum la douleur, les désagréments, la peur et tout autre inconvénient prévisible lié à la maladie ou à la recherche, en tenant compte particulièrement du degré de maturité pour les mineurs et de la capacité de compréhension pour les majeurs hors d'état d'exprimer leur consentement.
L'intérêt des personnes qui se prêtent à une recherche biomédicale prime toujours les seuls intérêts de la science et de la société.
La recherche biomédicale ne peut débuter que si l'ensemble de ces conditions sont remplies. Leur respect doit être constamment maintenu.

Source : http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000006685828&dateTexte=&categorieLien=cid

Partager cette page